Formation des enseignants : Benmoussa veut du sang neuf dans les classes

Le ministre de l’Éducation a entamé le vaste chantier de refonte de l’enseignement en consacrant ses premiers travaux à la pierre angulaire du secteur, longtemps négligée : les enseignants. L’occasion de revoir les modalités de sélection du futur corps enseignant, en plaçant la focale sur l’excellence, la jeunesse et la volonté de transmettre.

Par

TelQuel

La renaissance est-elle forcément une affaire de rupture ? En homme méthodique, l’ancien ministre de l’Intérieur désormais dévolu à l’Éducation nationale, Chakib Benmoussa, semble s’y appliquer en vue de la “renaissance éducative” qu’il souhaite impulser à l’enseignement marocain. Et de solder les erreurs du passé en s’attaquant d’emblée au coeur du sujet : les enseignants. La première pierre posée ? Un changement des critères d’admissibilité à l’épreuve de sélection des enseignants. Une mouture “demandée depuis un certain temps par le ministre”, nous souffle-t-on du côté de l’entourage de Chakib Benmoussa. Derrière, le message envoyé semble tout indiqué : “rompre avec les pratiques et dysfonctionnements du passé afin d’attirer les meilleurs étudiants vers l’enseignement”.

Transition plutôt que rupture

Prévu pour le 11 décembre, le concours visera désormais à…

article suivant

Gouvernement : le trio RNI-PAM-Istiqlal accouche d’une Charte commune