Maroc-Algérie : a line in the sand, ou le point de non-retour

Par Yassine Majdi

Si proches mais pourtant si loin. Il y a quelques années, les frontières séparant le Maroc et l’Algérie n’existaient pas. Une partie de ce qui constitue notre corps médical partait développer ses talents non pas en Algérie mais en Tunisie. Et chaque voyage depuis ou à destination de l’ancienne Carthage se faisait en train, du moins pour ceux qui désiraient faire quelques économies. L’occasion de vivre pleinement cet ersatz d’Union maghrébine dont seuls quelques Marocains ont pu profiter. L’occasion, aussi, de découvrir la culture de ces pays voisins, de parfois s’en amuser, comme lorsque des agents des forces de l’ordre algériens assimilaient les détenteurs de noms de famille marocains à consonance juive à des citoyens israéliens… Les relations entre les régimes étaient certes tièdes mais les échanges entre les peuples existaient bel et bien… Si proches mais pourtant si loin. Depuis 1994 et la fermeture des frontières, les habitants des deux côtés de la frontière ne comprennent pas ce qu’il se passe. Certains ont nommé leurs enfants d’après des villes situées à la frontière, d’autres ont été séparés de leur…

article suivant

Amnistie pour les détenus du Hirak, Code pénal, peine de mort… les annonces d’Abdellatif Ouahbi