Le pass vaccinal, la manifestation excessive d’un amour passionnel pour notre santé?

Par Réda Allali

  Nous venons de vivre un nouveau coup de théâtre, les amis, dans une période qui en propose à la pelle. Une de ces décisions spectaculaires et brutales, qui est un peu notre spécialité. Le Maroc, donc, vient d’imposer le pass vaccinal à l’entrée d’à peu près tout ce qu’il propose comme lieux publics, soudain. Avec la même brutalité que celle qui avait précipité des millions de Marocains sur les routes pendant l’été 2020 dans une formidable pagaille, qu’on désigne ici par le dimanche des gnous. Dans ce type d’initiative nationale, il y a bien un mode opératoire désormais établi qu’on peut modéliser sans difficultés. C’est parti, et merci. Précisons pour commencer que le Boualem est lui-même vacciné, c’est important. Ajoutons qu’il n’a aucune ambition d’argumenter sur les libertés individuelles, ce serait un peu absurde vu le contexte dans lequel nous évoluons. Il y a pour commencer la brutalité de la décision, préparée par aucune espèce de délai de mise en place, c’est comme ça qu’on fait chez nous. En fin de journée, en toute décontraction, on vous balance un…

article suivant

Premiers téléviseurs à intelligence cognitive au monde - Les téléviseurs Sony BRAVIA XR sont désormais disponibles au Maroc