Nabila Rmili, les raisons d’un départ prématuré

Cumulant la mairie de Casablanca et le ministère de la Santé et de la protection sociale, Nabila Rmili devait mener de front deux fonctions d’une extrême importance. Mission impossible ?

Par

Nabila Rmili et Khalid Aït Taleb lors de de la cérémonie de passation de pouvoir, le 8 octobre. Moins d’une semaine après, Aït Taleb a retrouvé son ministère. Crédit: MAP

La ministre de la Santé et maire RNI de Casablanca, Nabila Rmili, a été dispensée de sa responsabilité gouvernementale par le roi jeudi 14 octobre. Un communiqué du cabinet royal a en effet annoncé son remplacement par Khalid Aït Taleb, soit celui à qui Rmili venait de succéder à la tête du département. Raison invoquée : Nabila Rmili se serait “rendu compte de la charge du travail de cette mission représentative, et du suivi continu des affaires de ses habitants et des chantiers ouverts dans cette grande métropole, ce qui était de nature à impacter les multiples engagements et le suivi quotidien que nécessite le secteur de la santé, surtout en cette période de pandémie”, indique le communiqué.

Le limogeage de Nabila Rmili aurait été “causé par les premières mesures qu’elle a prises, parvenues au cabinet royal”

Selon une source proche du RNI, contactée par TelQuel, la ministre de la…
article suivant

Le gouvernement suspend l'organisation des festivals et des manifestations culturelles