Le Boualem et la panne mondiale des réseaux sociaux

Par Réda Allali

  Il a fallu plusieurs heures avant que le Boualem ne découvre la panne qui a paralysé nombre de réseaux sociaux cette semaine. Il avait bien senti, le bougre, qu’il avait l’esprit un peu plus serein qu’à l’accoutumée, mais il n’a pas compris d’où ce sentiment provenait. C’est un ami, qui ne l’a pas appelé depuis au moins trois ans, qui l’a contacté, par un bon vieil appel à l’ancienne, pour lui signaler qu’il ne pouvait plus lui envoyer de WhatsApp. Le Guercifi s’est dit qu’il devait avoir quelque chose d’important à lui dire, mais non. Il tenait à le prévenir par téléphone qu’il y avait une panne des réseaux sociaux, sans qu’aucune espèce de message urgent ne vienne imposer cette démarche. C’est à ce moment qu’il a compris que s’il se sentait détendu, c’est qu’il n’était plus la victime de cette infernale avalanche de notifications qui empêche d’ordinaire toute pensée cohérente de se former. Il s’est renseigné un peu et on lui a expliqué qu’une terrible panne était venue bloquer ces réseaux, et il est allé se coucher en…

article suivant

Ryad Mezzour, le numéro 2 du ministère de l’Industrie passe premier