Mustafa Badri : “Je ne vais pas attaquer Vahid Halilhodžić, il ne m’a rien fait”

DR

Smyet bak ?

Yahya Ben Bouslam.

Smyet mok ?

Daouia Bent Aissa.

Nimirou d’la carte ?

Darori ? B70141.

Quand le sélectionneur des Lions de l’Atlas, Vahid Halilhodžić, a déclaré ne pas aimer les journalistes, vous vous êtes senti concerné ?

Non. S’il a dit ça, c’est qu’il a ses raisons.

C’est-à-dire ?

Je connais Vahid Halilhodžić depuis l’époque où il entraînait le Raja en 1997, j’ai travaillé avec lui quand j’étais à la Confédération africaine de football (CAF). Il a toujours été correct. Je ne peux pas juger ses raisons. Jusqu’à présent, avec notre équipe, il a toujours été correct.

En tant que doyen des journalistes sportifs du Maroc, vous n’avez pas eu envie de réagir pour défendre vos confrères ?

L’un des doyens (rires). Le métier n’a pas besoin que je le défende, il est défendu par le lectorat. Je suis contre le corporatisme et la défense du métier. Je ne vais pas attaquer Vahid Halilhodžić, il ne m’a rien fait. Les seuls juges sont les lecteurs, et les…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés