L'apologie du futsal par Zakaria Boualem

Par Réda Allali

Il faut commencer cette page sans plus de formalité par une standing ovation. Faites comme Zakaria Boualem : détendez-vous et applaudissez avec enthousiasme notre équipe de football en salle. Elle s’est hissée jusqu’en quart de finale de la Coupe du Monde, les amis, elle est donc glorieuse. Elle s’est inclinée avec honneur un but à zéro contre les Brésiliens, et revient au pays pleine du noble sentiment du devoir accompli, le cœur gonflé et le regard fier. Le Guercifi exploserait tous ses standards de mauvaise foi s’il se présentait comme un grand spécialiste de cette discipline. Pour être honnête, il a vu trois matchs dans sa vie, et ce sont précisément ceux de cette Coupe du Monde extraordinaire.

“Le futsal doit devenir le sport le plus important chez nous. Le Guercifi en est convaincu : pendant des années nous nous sommes trompés de sport, voilà la terrible vérité”

Réda Allali
C’est étrange puisqu’il a lui-même pratiqué cette discipline bien plus souvent que le foot à onze, mais il n’y voyait jusque-là qu’un anodin dérivé, sans importance, du vrai sport auquel il se…
article suivant

Couvre-feu à 23h, réouverture des salles de sport et hammams... Le gouvernement lève une série de restrictions