Couvre-feu et légèreté

Par Fatym Layachi

Zee en a marre que tout le monde autour d’elle ne parle que de politique depuis plus de trois semaines. Avant ça, de toute façon, elle n’en pouvait déjà plus de tous les bruits du monde. Ça fait des mois qu’elle n’en peut plus de tous ces gens autour d’elle qui parlent constamment de Covid, de couvre-feu, d’autorisation et autres restrictions… Elle n’en peut plus du champ lexical de la pandémie et de sa gestion. Et là, c’est le champ lexical des élections qui commence à lui sortir par les oreilles. Elle est vraiment saoulée. Toutes ces discussions lui semblent très compliquées, elle ne cherche pas à comprendre, et puis surtout tout ça lui semble très éloigné d’elle. Éloigné d’elle, de son quotidien, de sa bulle, de son monde. Toutes ces secousses ne semblent pas vraiment l’affecter dans sa vie de tous les jours. Son quotidien va très bien. Peu importe qui gouverne ce pays, Zee avance. Zee va bien. Elle fait partie de ces gens pour qui aller bien est une décision. Elle se berce probablement de douces illusions,…

article suivant

Couvre-feu à 23h, réouverture des salles de sport et hammams... Le gouvernement lève une série de restrictions