Fin de la gestion déléguée : dernier inventaire avant liquidation d’un modèle vieux de trente ans

Est-ce vraiment la fin de Lydec, Amendis et Redal ? Une réforme des services de distribution d’eau, d’électricité et des services d’assainissement liquide tourne la page de la gestion déléguée au profit de sociétés de distribution locales.

Par

La révision du contrat doit avoir lieu tous les 5 ans. Celui de Lydec, signé en 1997, n’a été révisé qu’une seule fois en 24 ans, en 2009. Crédit: MAP

C’est un basculement de taille qu’est en train de vivre la gestion de la distribution d’électricité, d’eau potable et de l’assainissent liquide au Maroc. La réforme prévue par le ministère de l’Intérieur verra à terme le non-renouvellement des contrats signés avec les délégataires qui gèrent actuellement des services de base vitaux dans certaines agglomérations. À la place, des SRM, (sociétés régionales multiservices) verront le jour. Elles disposeront d’un actionnariat mixte incluant l’État et fourniront des prestations contractualisées au service des communes. La gestion déléguée assurée par des opérateurs internationaux comme Lydec, Amendis ou Redal est donc vouée à l’extinction à l’horizon 2028.

à lire aussi

La création des SRM a fait l’objet de la signature, le 29 juillet dernier, d’un mémorandum d’entente entre les ministères de l’Intérieur, des Finances, de l’Energie et l’Office national de l’Electricité et de l’eau (ONEE). L’opérationnalisation des SRM aura lieu,
article suivant

Cannabis : les recommandations du CESE à l’épreuve des réalités socio-économiques