Rentrée et élections : le gros coup de fatigue de Zakaria Boualem

Par Réda Allali

  Une semaine à peine après sa rentrée, le Boualem est déjà épuisé. Il a perdu son bronzage, se traîne lamentablement toute la journée avec une telle fatigue qu’il a cru qu’il avait été frappé par le coronavirus. Le bougre a pris un gros coup sur la tête avec l’annonce abominable du report de la rentrée. Ces communiqués surprises, lancés comme des torpilles au cœur de la soirée, sont très difficiles à encaisser. Les braves parents qui subissent cette attaque embrayent en général avec une nuit blanche, et se retrouvent le lendemain avec la difficile mission de gérer leur progéniture désœuvrée. On a beau leur expliquer qu’il faut éviter de les laisser trop longtemps devant les écrans, la cause est perdue.

« S’il y a bien une chose que le Boualme a apprise dès les premiers mois de confinement, c’est que, à l’instar du Père Noël, du ruissèlement capitaliste ou du Parisien agréable, l’enseignement à distance n’existe pas”

Réda Allali
Et, surtout, ne venez pas parler au Boualem d’enseignement à distance. S’il y a bien une chose qu’il a apprise dès…
article suivant

Exclusif : le chef de cabinet d’El Othmani, Saad Loudiyi, a quitté le navire 15 jours avant les élections