The 100, une Iliade des temps modernes en série

A mi-chemin entre ‘Lost’ et ‘Mad Max’, ‘The 100’ de Jason Rothenberg nous plonge dans un monde post-apocalyptique où l’humain fait face à ses propres démons.

Par

DR

En démarrant la série, l’on pourrait se croire dans une œuvre pour adolescents. Mais au fur et à mesure des épisodes, The 100 nous mène dans une profonde réflexion sur la condition humaine, constamment tiraillée entre ses envies de violence poussée à l’extrême et sa lutte pour vivre en paix et en harmonie. Après une apocalypse nucléaire causée par l’homme lors d’une troisième guerre mondiale, 318 survivants se réfugient dans des stations spatiales et parviennent à y cohabiter. Après leur reproduction, ils atteignent le nombre de 4000. Sauf que 97 ans plus tard, L’Arche, le vaisseau spatial dans lequel ils ont embarqué, est menacé de destruction. Les gouverneurs en place décident d’envoyer 100 jeunes délinquants sur terre pour voir si elle est encore vivable. Dès leur atterrissage, ils découvrent qu’elle est déjà peuplée par des “natifs” et que leur chance de survie dépend de leur capacité…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés