Le Maroc, entre le Kairos et l'Hubris

Par Réda Dalil

Oui, l’épisode Covid-19 a provoqué une mue salutaire. La fenêtre de tir de la pandémie a fait s’écrouler des résistances, s’ébranler les citadelles de l’inertie. Peinant autrefois à mettre en branle la roue récalcitrante du développement, le Maroc se découvre soudainement une agilité, une souplesse. Le « Kairos », notion née en Grèce antique, est cette capacité à saisir l’opportunité fugace. C’est ce subtil croisement entre la providence et le réel qu’explore Abdelmalek Alaoui dans un livre récemment paru aux éditions la Croisée des chemins, intitulé Le Temps du Maroc. L’auteur, consultant en stratégie, note que la parenthèse pandémique, loin d’amplifier les défauts congénitaux de notre pays, en a fait ressortir des qualités insoupçonnées. En moins de deux ans, l’Etat a opéré une mise à jour fulgurante de son logiciel. Plusieurs paliers sont franchis. En santé publique, où un certain sens de l’anticipation a permis à la population de bénéficier de sérums en même temps qu’en Occident. En industrie, où tout d’un coup le Made in Morocco devient possible. En solidarité, où un vaste mécanisme de protection sociale est en train de…

article suivant

Covid-19 : 8995 nouveaux cas en 24h, près de 10,1 millions de personnes complètement vaccinées