Anoual, un siècle plus tard : sur les traces d’Abdelkrim El Khattabi

La guerre du Rif fut enclenchée durant l’été 1921, à l’ouest de la baie d’Al Hoceïma. Elle prend fin en mai 1926 avec la reddition de l’émir Mohamed ben Abdelkrim El Khattabi à Targuist. Côté rifain, son point d’orgue se déroule à Anoual, le 21 juillet 1921. Retour sur la commémoration d’un centenaire pas comme les autres.

Par

Abdelkrim El Khattabi, au Caire, en 1948
À une trentaine de kilomètres au nord-ouest de Driouch, les tribus rifaines coalisées autour de Mohamed ben Abdelkrim El Khattabi infligeaient à l’armée espagnole la pire défaite de son histoire. C’était il y a un siècle. Crédit: AFP

Vendredi 16 juillet 2021 à Driouch. L’été bat son plein. C’est au siège de cette subdivision de l’Oriental qu’a eu lieu la commémoration du centenaire de la bataille d’Anoual. L’événement a pris une dimension officielle à la fin des années 1970 sous la houlette du Haut-Commissariat aux anciens résistants et anciens membres de l’Armée de libération (HCAR). Jusqu’à très récemment, il donnait lieu à des affrontements entre forces de l’ordre et manifestants opposés à la manière de le commémorer. C’était notamment le cas en 2013 et en 2014. Une “falsification de l’histoire” qui “tente d’oblitérer la mémoire collective des Rifains”, selon les détracteurs. À une trentaine de kilomètres au nord-ouest de Driouch, les tribus rifaines coalisées autour de Mohamed ben Abdelkrim El Khattabi…

article suivant

Jerada : du soulèvement de la rue au soulèvement par les urnes