En prison pour une mauvaise blague : de la satire à la colère

Par Fatym Layachi

L’été a débuté. Il fait chaud et tu aimes ça. Tu commences à prendre des couleurs. Ta garde-robe aussi. Même pour tes ongles, tu as activé le mode estival. En termes de couleurs de vernis, tu es passée des rouge noir et autres lies de vin à des teintes corail très lumineuses. Tout est plus léger autour de toi. Les journées au travail raccourcissent, les soirées débutent de plus en plus tôt et le rosé rend la vie plus douce. Tu te sens plus légère. Tu ne sais pas trop ce qu’il se passe dans le monde en ce moment et tu réalises que ça te fait un bien fou. Ça te détend et ça t’allège. Mais ce matin, ta gueule de bois en béton armé et toi-même avez beaucoup de mal à vous concentrer sur ces tableaux Excel au boulot. Du coup, tu te balades sur les Internets. Après avoir écumé tes réseaux sociaux et les tberguigs aussi croustillants que des cornes de gazelle défraîchies, tu finis par te rabattre sur des sites d’actualité. Les nouvelles n’ont rien de…

article suivant

Le whakapapa : l'Angleterre l'a, nous ne l'avons pas