Comment la Chine place ses pions et ses vaccins dans la région MENA

Avec son mémorandum de coopération le liant à Sinopharm, le Maroc emboîte le pas aux Émirats arabes unis et à l’Égypte, qui ont déjà démarré une production de vaccins sous l’égide chinoise.

Par et

Vacsera a créé une unité de production du vaccin de Sinovac en Égypte. Crédit: DR

Si le Maroc est le premier pays africain à s’être engagé avec Sinopharm pour la production de vaccins, il n’est pas pionnier d’un tel transfert de compétences avec la Chine sur le continent. Lundi 5 juillet, au moment où le Maroc signait le mémorandum avec Sinopharm, l’Égypte annonçait la production de son premier million de doses. Le 29 juin, 300.000 premières doses de vaccin Sinovac/Vacsera étaient sorties de l’usine.

à lire aussi

Des pharaons pionniers africains de la production

L’accord entre les autorités des deux pays avait été paraphé courant avril. La machine s’est mise en branle rapidement puisque, dès le mois de mai, rapportait alors l’agence Reuters, le pays des pharaons avait reçu 1400 litres de matière première du sérum chinois pour produire localement le vaccin, issu d’un transfert de compétences avec l’autre grand laboratoire chinois engagé dans la course à la vaccination, Sinovac (et son vaccin baptisé CoronaVac)….

article suivant

Qui de Nizar Baraka ou de Chakib Benmoussa assurera le suivi du nouveau modèle de développement ?