Le privilège d'être considéré comme un citoyen

Par Fatym Layachi

Finalement, l’été qui commence n’est pas aussi léger et aussi simple que tu l’avais prévu. Du moins, il n’est pas aussi léger et aussi simple que tu l’avais espéré. Les prévisions, tu as arrêté d’en faire le vendredi 13 mars 2020 quand, entre deux cuillerées de couscous, tu as appris par une notification d’iPhone que le Maroc fermait toutes ses frontières et son espace aérien. Depuis, tu as appris à ne pas faire de plans, ni sur la comète ni même dans trois mois. Tu ne sais pas si tu pourras prendre un avion cet été, tu sais juste que ta mère et son pass vaccinal peuvent sortir se balader après 23h. Tu n’as aucune idée de là où elle pourrait aller après le couvre-feu, mais bon. En revanche, ce que tu sais, c’est que les Marocains résidant à l’étranger pourront venir dans le plus beau pays du monde sans se ruiner. En effet, depuis quelques semaines, de tristes témoignages et vidéos circulent. Dans toutes, le même désarroi de familles vivant à l’étranger, désemparées face aux prix délirants des billets…

article suivant

3000 migrants encore à Sebta, un mois après la crise