La nouvelle Zakmobile du Boualem

Par Réda Allali

Cette semaine, le Boualem a changé de voiture. Il ne s’est résolu à se lancer dans cette opération qu’après avoir acquis la conviction qu’une seule journée de plus dans sa ZakariaMobile était un danger pour son intégrité physique. Il faut préciser que notre homme n’entretient avec cet objet aucune espèce de relation d’intimité. Il ne fait pas partie de ces gens qui y voient un manifeste de leur situation sociale, encore moins un étendard pour leur statut. Il monte dans sa voiture pour se déplacer, voilà tout. Il ne prend pas pour une attaque personnelle la moindre égratignure, ne l’orne d’aucune espèce de décoration grotesque, donne les clés à tous ceux qui veulent bien la garer pour lui, et s’en occupe juste assez pour qu’elle puisse continuer à rouler sans s’effondrer au moindre dos d’âne. Terminons en signalant qu’il prête très peu d’attention aux modèles qui roulent autour de lui, qu’il confond à peu près tous. Car le temps est bien passé des couleurs vives, des audaces des constructeurs et des formes chatoyantes. Aujourd’hui, à ses yeux, les rues sont pleines de…

article suivant

3000 migrants encore à Sebta, un mois après la crise