L’immigration au Québec se complique pour les étudiants marocains

Les étudiants étrangers vont devoir s’armer de patience pour s’installer au Québec. Après un an et demi d’essais et de débats, la réforme du Programme de l’expérience québécoise (PEQ) est finalement entrée en vigueur juillet dernier. Si elle a pour objectif d’assurer l’intégration des immigrés, elle aura de nombreuses conséquences pour les étudiants.

Par

Ils ont tué le PEQ”, assène Omar, un jeune diplômé arrivé au Québec en 2019. “Je connais beaucoup de personnes qui ne veulent déjà plus étudier ici”, poursuit-il. Marocain d’origine, Omar a obtenu son DEP (Diplôme d’études professionnelles) en soutien informatique en août 2020. Il est ainsi parmi les derniers à bénéficier du Programme de l’expérience québécoise (PEQ) avant sa réforme.

Pour tous ceux qui ont reçu et recevront leur diplôme après le 31 décembre 2020, s’installer au Québec sera plus difficile et surtout plus long. Pour obtenir la résidence permanente, il faudra compter entre un an et demi et deux ans de plus qu’avant. Sans oublier les ralentissements de traitement entraînés par la crise sanitaire. “C’est beaucoup trop long ! Surtout si l’on compare avec les…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés