Pourquoi Zakaria Boualem veut passer ses vacances à l’étranger

Par Réda Allali

Comme tout le monde, Zakaria Boualem a pu lire sur les réseaux sociaux un appel vibrant à sauver notre industrie touristique, que Dieu l’assiste. Dans un petit texte solennel partagé par de nombreux internautes, on nous expliquait qu’il fallait réserver dans nos hôtels, voyager dans nos transports, multiplier les pourboires et acheter des babouches.

“La plupart de nos établissements devraient d’ailleurs ajouter un bloc opératoire à leurs nobles bâtiments, puisque seul un don de rein peut financer un séjour chez eux”

Réda Allali
Vous connaissez le Guercifi : c’est un homme bougon, rigide, peu amène et parfois cassant. On peut lui reconnaître de nombreux autres défauts, mais, hamdoullah, l’avarice n’en fait pas partie. Il est donc tout disposé à sauver notre tourisme, c’est le genre d’attitude noble qu’il peut adopter. A condition que ladite industrie du tourisme y mette un peu du sien, la bougresse. Et il se trouve  que ses récentes expériences de l’hôtellerie nationale l’ont convaincu qu’en y multipliant les séjours, il risquait plus la ruine que la détente. La plupart de nos établissements devraient d’ailleurs ajouter un…
article suivant

Mineurs non accompagnés : chronologie d’une question épineuse