Peu importe l’embrouille pourvu que le flacon scintille

Par Fatym Layachi

On en voit le bout ! Enfin ! Les restrictions commencent à être levées. On peut retourner à la plage, à la piscine. On peut aller au cinéma. On n’ira pas mais on peut se dire que ça serait bien d’aller au cinéma au lieu de passer des heures à chercher un film sur Netflix pour finalement s’endormir. Toi, tu aimes bien savoir que les choses sont possibles même si tu ne les fais pas. Surtout si tu ne les fais pas. Toutes ces nouvelles possibilités te mettent en joie. Tu vas pouvoir aller au mariage de la cousine de Zee et ton cousin pourra retourner à la mosquée. Et puis autour de toi, tu entends une rumeur qui bruisse : les frontières vont probablement rouvrir bientôt ! Et ça aussi ça te met en joie. Tu aimes cette sensation de légèreté retrouvée qui commence à s’emparer de toi. D’ailleurs tu sens bien que tout s’allège. Tout et tout le monde autour de toi se détend. Peut-être un peu trop d’ailleurs mais bon, cette effervescence est bien trop grisante pour…

article suivant

Mineurs non accompagnés : chronologie d’une question épineuse