Même Karim Benzema a fini par savoir ce qui l’attend

Par Fatym Layachi

Ramadan est terminé. La vie d’avant n’a pas vraiment repris comme avant. Le couvre-feu n’a pas été levé. Personne ne sait vraiment ce qui est plus ou moins permis et personne n’a la moindre idée de ce qui est totalement interdit. Personne ne sait s’il est permis de se déplacer entre les villes. La semaine dernière, dans pas mal de journaux, des articles évoquaient des restrictions très strictes. Certains articles allaient même jusqu’à affirmer que des villes étaient complètement fermées. Autour de toi pourtant, tout le monde a pu se déplacer. Pas une seule personne de ton entourage n’a été entravée dans ses voyages pour ce long week-end festif de l’Aïd. Personne n’a été entravé mais, surtout, personne n’a pu imaginer une seconde être entravé dans ses projets de vacances. Le plus grand des privilèges de classe reste celui d’en avoir conscience. Être privilégié et le savoir. Et en profiter. C’est exactement ce qu’a fait à peu près tout ton entourage pendant ce long week-end. Ton feed Instagram était plein de photos de paysages absolument somptueux. C’était digne d’une campagne…

article suivant

Sebta : le Maroc d’abord, les Marocains ensuite