La vie des Marocains sous le protectorat

Le protectorat français au Maroc ne représente que quarante-quatre années (1912-1956). Pourtant, son impact sur la vie des Marocains est colossal, qui voient leur quotidien chamboulé.

Par et

Cérémonie du thé à Marrakech en avril 1946
Avec “la promotion du thé au rang de boisson nationale, dès la fin du XIXe siècle, les montagnards du Haut Atlas aussi bien que les bourgeois de Fès étaient devenus tributaires du commerce anglais”, souligne Jean Lacouture. Crédit: AFP

La période du protectorat est loin d’être uniforme. Ses quarante-quatre années sont une véritable montagne russe avec ses hauts et ses bas. Tout compte fait, le protectorat débute pour les Marocains sous les plus mauvais auspices. Deux années à peine après la signature du traité de Fès, voilà qu’éclate de l’autre côté de la rive méditerranéenne le premier conflit le plus meurtrier de ce début du XXe siècle. Les Marocains désormais attelés au destin de la France sont envoyés au front. La vie de milliers de familles marocaines se voit bousculée en voyant un proche partir en guerre de l’autre côté de la Méditerranée. Pas moins de 40.000 tirailleurs marocains participent à la Première Guerre mondiale. Bis repetita pour 1939-1945, où cette fois-ci ce sont 70.000 Marocains qui s’embarquent pour les champs de bataille européens. Les répercussions sont profondes sur la société marocaine.

Daniel Rivet
“Les Marocains absorbent avec parcimonie la civilisation matérielle de…
article suivant

Menaces de mort, insultes, chaos... L'impossible élection du maire de Rabat