Ilias Haddad : “Mon grand-père est parti du Maroc vers les Pays-Bas pour travailler, j’ai fait le chemin inverse”

DR

Smyet bak ?

Tahar.

Smyek mok ?

Aïcha.

Nimirou d’la carte ?

Je ne l’ai pas sur moi.

Vous êtes en forme ces derniers matchs. Satisfait ?

Je n’aime pas me féliciter, je fais mon travail. J’ai enchaîné quelques matchs, je progresse et j’espère continuer à jouer autant.

Vous avez patienté sur le banc pendant trois ans. N’avez-vous jamais pensé à partir ?

Je suis humain, vous savez… Je ne jouais pas beaucoup au Raja, et il y a eu la période du coronavirus. J’étais habitué à jouer très souvent, surtout quand j’étais aux FAR. Au Raja, je joue beaucoup moins et j’avoue que cela m’affecte, mais je ne suis pas du genre à abandonner.

“Je sais ce que je vaux et je sais que le jour viendra où mon nom va marquer l’histoire du Raja”

Ilias Haddad
Dans la vie, il y a les gens qui se battent et les gens qui abandonnent : je fais partie des premiers. J’attends ma chance, je crois en mes capacités, je sais ce que je vaux et…
article suivant

La filiale casablancaise des cinémas Pathé Gaumont se restructure et augmente son capital