Ilias Haddad : “Mon grand-père est parti du Maroc vers les Pays-Bas pour travailler, j’ai fait le chemin inverse”

DR

Smyet bak ?

Tahar.

Smyek mok ?

Aïcha.

Nimirou d’la carte ?

Je ne l’ai pas sur moi.

Vous êtes en forme ces derniers matchs. Satisfait ?

Je n’aime pas me féliciter, je fais mon travail. J’ai enchaîné quelques matchs, je progresse et j’espère continuer à jouer autant.

Vous avez patienté sur le banc pendant trois ans. N’avez-vous jamais pensé à partir ?

Je suis humain, vous savez… Je ne jouais pas beaucoup au Raja, et il y a eu la période du coronavirus. J’étais habitué à jouer très souvent, surtout quand j’étais aux FAR. Au Raja, je joue beaucoup moins et j’avoue que cela m’affecte, mais je ne suis pas du genre à abandonner.

“Je sais ce que je vaux et je sais que le jour viendra où mon nom va marquer l’histoire du Raja”

Ilias Haddad
Dans la vie, il y a les gens qui se battent et les gens qui abandonnent : je fais partie des premiers. J’attends ma chance, je crois en mes capacités, je sais ce que je vaux et…
article suivant

Des Marocains au Vietnam, un destin insolite