Enfant illégitimes : les victimes de la Cour de cassation

Par Yassine Majdi

Le Maroc est sur l’autoroute du progrès. Les infrastructures sont là ou sont en train d’être construites. Mais dans le domaine des droits humains, nos lacunes sont criantes. Et ce ne sont pas les enfants issus de relations dites “illicites” qui diront le contraire. En témoigne l’arrêt adopté en 2020 par notre Cour de cassation qui a finalement eu un écho en ce début d’année 2021. En vertu de cet arrêt, un enfant marocain né d’une relation hors mariage peut ne pas être reconnu par son père. Et ce, même si un test ADN prouve la paternité. Choquant au XXIe siècle, dans un pays qui dit pourtant respecter les conventions internationales, parmi lesquelles celles liées à la protection de l’enfance. Certains affirmeront même que cette décision de justice est scandaleuse à bien des égards. Et ils ont raison. En effet, l’arrêt adopté par la Cour de cassation pourrait bien créer une génération de pères irresponsables qui pourraient s’engager dans des relations hors mariage et laisser des femmes, et surtout des enfants, à l’abandon. Pire, cet arrêt fait de la femme…

article suivant

Ouverture de nouveaux fronts de chantiers des projets Busway et Tramway de Casablanca