Abdelouafi Laftit sur la légalisation du cannabis : “Nous n’avons plus de temps à perdre”

Le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, a affirmé le 28 avril que le projet de loi 13.21 relatif aux usages licites du cannabis a notamment pour objectif de soutenir le développement de toute une région. Extraits choisis.

Par

Le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit.

Le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, a répondu ce mercredi 28 avril aux questions des parlementaires, réunis à la commission de l’Intérieur, des collectivités territoriales, de l’habitat et de la politique de la ville à la Chambre des représentants. Le ministre a expliqué que le développement des usages licites du cannabis revêt une portée économique urgente, puisqu’il vise à sauver toute une région de la déperdition. Voici les principaux extraits à retenir.

L’étude n’a jamais été secrète

“En ce qui concerne les études, cette loi n’est pas venue de nulle part, des gens ne travaillent que sur ça depuis deux, trois ans. Tous les partis politiques ont déjà reçu l’étude, qui n’a jamais été secrète. Tout le monde a été consulté, nous n’avons rien caché à personne”.

“Je suis prêt à organiser des journées d’étude avec les partis politiques à partir d’aujourd’hui. Vous aurez tous les chiffres et toutes les projections. Nous ne voulons pas de division autour du projet, mais nous voulons fixer un but commun : le développement de la région concernée”.

Le temps est notre premier ennemi

“L’objectif aujourd’hui est de procéder rapidement, car nous avons perdu beaucoup de temps. Cela n’a rien à voir avec les élections.”

“Le jour où je l’ai présenté devant le conseil du gouvernement, un ancien ministre m’a dit qu’il voulait en parler durant son mandat. Je lui ai répondu qu’il nous aurait fait gagner 5 ans.”

“Pourquoi cette année ? C’est une année de pandémie, nous avons besoin de toutes les ressources pour relancer. Le plus dangereux serait de ne rien faire.”

“Le débat sur les drogues n’a aucun sens. Les plus grands pays consommateurs de drogue ne sont même pas producteurs. Il n’y a aucun lien.”

“Nous avons besoin de trouver rapidement des investisseurs. Beaucoup sont venus et sont repartis, car il n’y a aucun cadre légal.”

Sauver la région du Rif

“Cette loi est venue pour une seule raison : ouvrir les yeux sur de nouvelles perspectives. Cultiver la drogue est et restera toujours interdit, personne n’a dit le contraire. Nous ne voulons pas autoriser l’utilisation de la drogue. Mais nous voulons ouvrir une porte pour résoudre plusieurs problèmes. Cela permettra d’offrir de nouvelles perspectives aux habitants de la région.”

“Il est illogique de réprimer tout le monde, de tout raser jusqu’à la dernière plantation. Nous avons besoin de tout le monde, et du développement de toutes les régions du pays.”

“La région vit aujourd’hui un désastre. Elle connaît une grande sécheresse, même si c’est l’une des régions les plus pluvieuses du Royaume. Voulez-vous qu’on les laisse tomber ?”

“La sécheresse et la manière de travail actuelle des agriculteurs vont conduire la région à sa perte. Il est primordial d’intervenir. L’environnement de la région est très détérioré.”

“Cela sert l’intérêt du pays. Et je défie quiconque de prouver le contraire.”

“Je connais très bien la région. Les plus intelligents du lycée proviennent de la région de Chefchaouen et ils sont prêts à tout mettre en œuvre pour le bien de leur communauté.”

article suivant

Sebta : l’ambassadrice du Maroc en Espagne rappelée à Rabat pour consultation