Couvre-feu pendant ramadan : une question de bon sens ou de courage ?

Par Fatym Layachi

On est revenus à l’heure GMT et ce changement d’heure a été accompagné du traditionnel débat ancienne heure, nouvelle heure, heure légale. Toi, tu t’es toujours demandé en quoi une heure est potentiellement légale ou illégale, mais bon, tu te contentes de demander l’heure qu’il est. Ramadan a commencé. Du coup, le couvre-feu a été avancé. Personne ne conteste cette mesure prise pour raisons sanitaires. De toute façon, on ne conteste plus grand-chose. Cette pandémie aura eu raison de bien de tes indignations. Ta capacité d’adaptation est bien plus grande que ce que tu aurais pu imaginer. Cela dit, ce nouveau couvre-feu, tu ne le comprends pas vraiment. Bien évidemment, tu comprends ce qui le motive: c’est une restriction de plus pour tenter d’endiguer cette pandémie qui semble entamer une sacrée troisième vague. Mais n’empêche que dans la forme, cette décision te laisse un peu dubitative. En gros, pour éviter les rassemblements dans les mosquées en soirée et les éventuelles contaminations qui pourraient en découler, l’état a préféré tout restreindre. Tu n’oses pas imaginer le désarroi des patrons de cafés

article suivant

La Chabiba du PJD appelle Benkirane à reprendre ses activités partisanes