Restrictions sanitaires : dépression, anxiété, alcoolisme... ils témoignent

Assommés par des restrictions sanitaires sans précédent, beaucoup de Marocains sont victimes de troubles mentaux, allant de l’insomnie à la dépression majeure. Leur santé mentale en subit les conséquences. Tranches de maux.

Par et

TELQUEL

Sami** 22 ans, étudiant, Paris

“J’ai passé mon premier confinement avec ma sœur. Les conditions étaient assez correctes par rapport aux autres étudiants, dans le sens où j’avais au moins un ordinateur pour pouvoir continuer à étudier en ligne. Je sais que ce n’est pas le cas de tout le monde. Contrairement à d’autres, je n’avais pas à m’inquiéter de comment faire pour manger, c’est déjà ça.

à lire aussi

En revanche, ce qui me travaillait le plus, c’est que c’était la période où il fallait que je candidate pour mes masters. Il fallait que je réussisse à être productif, vingt-quatre heures sur vingt-quatre, tout en ne sortant pas de chez moi. Je voulais changer de carrière, mais je n’avais personne autour de moi pour m’accompagner ou m’orienter. Face à tout ça, j’ai même pensé à faire une année de césure.

“Je me sens exténué, je ne veux plus…
article suivant

Le Canada prolonge la suspension des vols en provenance du Maroc