Le variant marocain et les prisonniers d'opinion

Par Réda Allali

Nous voici à nouveau réunis autour de cette page joyeuse, conçue par Zakaria Boualem comme un moment de détente dans un quotidien angoissant. Voici donc, sans plus attendre, un petit tour d’horizon de faits saillants, compilés sans critères particuliers et ne présentant que très peu de rapports les uns avec les autres. La gloire. Il a suffi d’un seul article mentionnant la possibilité hypothétique d’un variant marocain du Covid pour déclencher une montée irrépressible de fierté chez nos internautes. On peut les comprendre, on parle du premier variant africain et arabe, ce n’est pas rien, un exploit qui marque un nouveau tournant dans la transition démocratique. Hélas, après quelques jours de faux espoirs, il est apparu que ce fameux variant était sans importance, ce qui a calmé aussitôt nos élans. Gardons l’espoir, toutefois, et nous avons encore le temps de nous illustrer, les amis : nous ne sommes apparemment qu’au début de l’épidémie. L’honneur. Il s’est trouvé une équipe de stars des réseaux sociaux qui ont estimé nécessaire de produire une vidéo où ils se moquaient des enfants des rues de Marrakech….

article suivant

Covax : le Maroc reçoit la première allocation de vaccin anti-Covid