Hocine Tandjaoui, dérangeur de mémoires

Dans son dernier roman, Hocine Tandjaoui se livre à une enquête mémorielle sur les traces d’exilés dans la tourmente du monde.

Par

Hocine Tandjaoui
Hocine Tandjaoui est l’auteur de ‘L’Attente de l’arche’ (Éd. Saint-Germain-des-Prés, 1973), ‘Les jours lents’ (Léo Scheer, 2003), ‘La Bande noire dans l’ombre’ et ‘Clameur’ (2016 et 2017 chez 108 Édition). Crédit: DR

Une ville de naissance, une ville d’adoption, une ville où s’arrêtent les routes. Tunis, Naples, Skopje.

Ainsi que tous les hommes (Naples/Tunis/ Skopje), de Hocine Tandjaoui
Ainsi que tous les hommes (Naples/Tunis/ Skopje), de Hocine Tandjaoui, 108 Édition, 256 p., 260 DH.
C’est entre ces trois villes que songe Bernardo, qui devient “d’année en année un Napolitain visitant Tunis”. ““Rendant visite” comme le ferait un parent à une famille éloignée par le tempos, sans se résoudre toutefois à couper définitivement les ponts”. L’archéologue napolitain se voit confier par sa tante Esther une délicate mission : retrouver la trace de Tomasso Palagio, le “grand-père disparu”, dit “Tomasso l’Arabe ou Tomasso d’Arabie”. Sous le surnom, le stigmate, dans la bouche de ceux qui le profèrent : un “renégat”, “qui dès que la question se posa, fut partisan de l’indépendance parce qu’anticolonialiste, ayant choisi de ne pas partager le destin des coloniaux, choisi de…
article suivant

Le Canada prolonge la suspension des vols en provenance du Maroc