Driss Jettou, un homme d’État

Par Yassine Majdi

Dans la série des nominations royales effectuées mardi dernier, certains semblent avoir oublié une nouvelle importante. Le 23 mars, Mohammed VI nommait Zineb El Adaoui au poste de première présidente de la Cour des comptes, marquant la fin d’une ère, puisque Driss Jettou quittera cette fonction après presque neuf ans de bons et loyaux services. Au-delà de ces années à la tête de la Cour des comptes, l’homme aura servi l’état plusieurs décennies durant, après une longue période dans le monde des affaires. Fils d’un épicier d’El Jadida, Driss Jettou est l’une des rares incarnations de l’excellence marocaine mise au service du pays. Le Maroc, il l’aura servi tour à tour en tant que ministre du Commerce, de l’Économie et de l’Intérieur avant de mener son propre gouvernement. Il a même réussi le tour de force de mener une équipe au caractère éminemment politique, un gouvernement arc-en-ciel, malgré l’étiquette de technocrate qui lui a longtemps été collée. Ceux qui travaillaient alors avec lui le décrivent comme “crédible”, “rigoureux” et “à la recherche de résultats”. Du jamais vu à ce poste depuis….

article suivant

Enseignants contractuels : Amzazi se penche sur le dossier