La destruction de cabanes de surf et l’édification du Maroc moderne

Par Réda Allali

Dans notre paisible contrée, il arrive régulièrement que la réalité de notre statut nous rattrape au moment où l’on s’y attend le moins. Plusieurs dizaines d’années d’expérience ne suffisent pas à anticiper le coup, personne ne le voit venir. C’est alors qu’on bascule dans une sorte de torpeur triste, avec en toile de fond la question du grand départ, que tout le monde se pose avec plus ou moins d’intensité. La semaine dernière, les autorités ont décidé soudain de raser les cabanes de surf de Dar Bouazza avec un enthousiasme et une énergie qu’on ne leur connaissait pas. Il faut commencer par expliquer qu’il s’agit là de petites structures où l’on peut prendre des cours de surf, louer des planches, ce genre de choses. Il est aussi important de signaler qu’il est peuplé d’une population qui, régulièrement, lance des opérations de nettoyage des plages, par exemple. Disons simplement que pour un œil neutre, ces structures ne constituent pas la nuisance la plus spectaculaire de la zone où elles étaient installées.

article suivant

Enseignants contractuels : Amzazi se penche sur le dossier