Le Maroc et l’Algérie, frères ennemis, hélas !

Par La Rédaction

Le 8 février, les autorités algériennes ont intimé l’ordre à des agriculteurs marocains d’évacuer leurs terrains agricoles. Situés en territoire algérien, à quelques encablures de Figuig et de la frontière entre les deux pays, les terrains étaient cultivés essentiellement pour la production de dattes. En fixant un ultimatum au 18 mars pour cette évacuation, Alger mettait fin, brutalement, à une pratique qui perdurait depuis des décennies. Ces agriculteurs n’auront dorénavant plus le droit d’accéder librement à leurs terres en s’affranchissant de toute considération géographique ou de frontières. La décision algérienne est “provisoire et circonstancielle”, selon le gouverneur de Figuig. Mais la mesure reste néanmoins en vigueur. La pratique de libre accès était connue des responsables des deux pays et s’inscrivait dans le cadre de ce que certains qualifient de “gentlemen’s agreement”. Un accord de principe reposant sur des pratiques historiques, mais pas juridiques. En effet, la convention entre le Maroc et l’Algérie, signée en 1972 par les ministres des Affaires étrangères des deux pays, Ahmed Taïbi Benhima et Abdelaziz Bouteflika, est très claire à ce sujet. Entré en vigueur en 1989,…

article suivant

Abdelilah Benkirane revient sur sa décision de rompre avec les ministres du PJD