Femmes discriminées : à quand la révision du Code de la famille ?

Dans le cadre du programme conjoint “Appui à l’évaluation des politiques publiques en faveur d’un développement équitable”, l’ONDH et les représentants des Nations unies au Maroc ont établi un rapport sur les discriminations intersectionnelles des femmes dans le royaume, publié le 9 mars. Une première.

Par

Des femmes face à la mer, à Tanger
Selon Ikbal Sayah, la variable sexe ne suffit pas à comprendre les inégalités de genre auxquelles d’autres formes d’inégalités s’ajoutent, d'où l'importance de l'approche intersectionnelle. Crédit: Antony Drugeon

Pointant les écarts entre les femmes vivant en milieu urbain et celles vivant en milieu rural, le rapport conjoint de l’ONDH et de l’ONU Maroc permet notamment “pour la première fois au Maroc, de souligner les disparités existantes entre les différentes catégories de femmes et de filles, et de montrer comment les interactions entre les multiples formes de discrimination se traduisent par des privations en termes de bien-être”. Bien qu’évidents, les chiffres restent frappants : le taux d’analphabétisme est deux fois plus élevé en milieu rural, tout comme les mariages précoces. L’absence de couverture médicale concerne 45,5 % de la population rurale, 30,5 % en milieu urbain. Quant aux violences faites aux femmes, elles stagnent en milieu rural depuis dix ans alors qu’elles sont en baisse dans les villes. Des écarts pour lesquels les deux…

article suivant

Le Canada prolonge la suspension des vols en provenance du Maroc