Cannabis : baraka men l’hypocrisie

Par Yassine Majdi

Wach kayen chi OCB/Zigzag?”, “Kayen chi ?”, sont deux questions que chacun d’entre nous a dû entendre en soirée ou en traversant les rues des différentes villes du royaume. Chaque jour, les Marocains fument de la résine de cannabis, du shit, de la zetla, en fonction des préférences langagières de chacun. Mais une chose est sûre, les Marocains fument. En 2014, l’Observatoire national des drogues et addictions (ONDA) publiait un rapport évaluant à près de 700.000 le nombre de consommateurs de cannabis. Un chiffre qu’il faudrait sans doute estimer à la hausse en raison du caractère illicite de la substance. La même étude révélait également des chiffres bien plus inquiétants. Un lycéen sur 10 avouait avoir au moins fumé un joint dans sa vie. Un sur 30 affirmait en fumer régulièrement. Encore une fois, les statistiques sont sans doute loin de dépeindre la réalité du terrain. Et c’est là que le bât blesse. En maintenant l’illégalité autour de la consommation récréative de cannabis, l’État perd sa jeunesse.

article suivant

Obésité : une maladie qui ne connaît pas la crise