Démissions en série et crise interne, le PJD joue sa survie

Le PJD a vécu une semaine très mouvementée. Démissions, rétropédalages, menaces... autant de faits qui n’ont pas surpris des militants divisés entre les nostalgiques de Abdelilah Benkirane et les soutiens de l’actuel secrétaire général Saâd-Eddine El Othmani. En trame de fond, une idéologie rigide confrontée à la realpolitik.

Par

Abdelilah Benkirane, Driss Azami El Idrissi et El Mostafa Ramid ont tenté ou menacé de démissionner du parti de la lampe. Crédit: TNIOUNI/TELQUEL

Le Parti de la justice et du développement (PJD) traverse une zone de fortes turbulences depuis quelques mois. Dernier revers en date,l’approbation, par la commission de l’Intérieur à la Chambre des représentants de l’amendement à la loi électorale pour un recalcul du quotient électoral, basé sur le nombre d’inscrits aux listes, malgré l’opposition acharnée du PJD. Dans le même temps, le spectre du vote sur le projet de loi relatif à la légalisation du cannabis hante les esprits des idéologues du parti de la lampe. Le parti au pouvoir a aujourd’hui beaucoup de mal à gérer la colère de ses militants et à unir ses rangs.

Après la normalisation, la désillusion

Le 10 décembre dernier, l’annonce par l’ancien président américain Donald Trump de la normalisation des relations entre le Maroc et…

article suivant

Exclu Qitab : "L’Idéologie Arabe Contemporaine", Abdallah Laroui réédité