Sahara, migration, fiscalité: les vérités de Nasser Bourita sur la relation Maroc-UE

Dans un entretien accordé au média Agence Europe, le ministre des Affaires étrangères a décliné les contours 
de la relation Maroc-UE. Tout en se permettant des tacles francs 
à l’encontre de Bruxelles sur les dossiers fiscaux et migratoires.

Par

“La solution de facilité est de tout mettre sur le dos des pays de transit”, confie Nasser Bourita à propos de la migration clandestine. Crédit: Fabrice COFFRINI / AFP

Nasser Bourita n’est pas l’un des ministres les plus prolixes du gouvernement. Ses interventions (officielles) auprès de médias marocains sont rares et le ministre a limité ses entretiens accordés aux médias marocains depuis son entrée au gouvernement il y a de cela plus de six ans. Si les entretiens avec la presse étrangère le sont moins, ils sont néanmoins instructifs quant au positionnement de la diplomatie marocaine sur certains dossiers et relations clés. Un entretien accordé par le diplomate au média européen Agence Europe en est l’un des exemples les plus récents. Tout d’abord, le choix du média n’est pas anodin. Fondé en 1953, Agence Europe se décline à travers un bulletin quotidien nommé Quotidien Europe, très populaire auprès des fonctionnaires européens, mais aussi des diplomates installés dans la capitale belge. Un lectorat qui en en dit long sur les personnes que…

article suivant

Cryptomonnaies : Coinbase, la plateforme qui fait exploser la bourse américaine