Cette vaste zone grise où tout est interdit, mais où tout se fait

Par Réda Allali

Nous sommes entrés dans une période un peu étrange, les amis. D’un côté, il y a la vaccination qui avance à grande vitesse, et le nombre de cas qui diminue un peu partout. Mais il y a aussi ces restrictions qu’on maintient malgré tout, qu’on prolonge semaine après semaine comme si rien ne devait changer, jamais. Officiellement, nous sommes supposés rester chacun dans sa ville, et rentrer chez nous nous coucher à l’heure des poules. Dans les faits, chacun va à peu près où il veut s’il y tient vraiment. La fameuse autorisation de circuler, qu’il fallait jadis batailler ferme pour obtenir à grande peine, se trouve désormais disponible à peu près partout, via des filières que la morale réprouve mais que tous les Marocains connaissent. Il faut noter la vitesse à laquelle nous sommes capables d’inventer des procédures parallèles, avec leurs propres codes, leurs intermédiaires qui surgissent du néant et leurs prix qui se régulent tous seuls.

Réda Allali
“Il est d’ailleurs très compliqué de déterminer avec précision ce que nous sommes autorisés à faire, tellement les instructions se…

article suivant

Le Burundi réitère le maintien de son consulat à Laâyoune