Nous contre eux : nous sommes déjà perdants

Par Yassine Majdi

L’histoire est belle. Elle est même qualifiée de “révolution française” de la finance par l’éphémère conseiller présidentiel de Donald Trump, Anthony Scaramucci. Elle témoigne aussi de la versatilité des marchés financiers, mais aussi de la résilience d’un groupe face aux entités symboles du capitalisme sauvage. Mais tout d’abord, des explications. Notre histoire commence avec une chaîne de magasins américaine spécialisée dans la vente de jeux vidéo. Avec la digitalisation de l’entertainment, GameStop a vu ses revenus chuter jusqu’à ce que la crise générée par le Covid-19 ne vienne davantage amplifier les effets d’une lente agonie économique. Notre histoire aurait pu s’arrêter là si des hedge funds n’étaient pas entrés dans la danse. Conscients des faiblesses de l’entreprise, ils ont voulu accélérer sa chute à travers un procédé: le shorting. Derrière cet anglicisme, une technique à travers laquelle un boursicoteur (ou une entité) vend un titre dont il anticipe la baisse, et qu’il ne possède pas encore, du moins pas au moment de la vente. Dans le même temps, ce vendeur s’engage à fournir un titre à un certain prix à…

article suivant

Le PPS dépose une proposition de loi pour mettre fin au mariage des mineures