Le vaccin, l’incivisme des pauvres, le “civisme” des riches

Par Réda Allali

C’est avec joie que Zakaria Boualem présente ses excuses à nos glorieux responsables. Il n’a jamais été aussi heureux d’exprimer sa contrition, le bougre. Souvenez-vous, la semaine dernière, il avait ironisé sur une pleine page sur ce vaccin qui arriverait inchallah un jour, il avait raillé nos invocations pour se prémunir de tout événement retors et ricané des discours d’enfumage servis pour expliquer ce retard. Eh bien le vaccin est arrivé ! (Insérez ici quelques musiciens de da99a marrakchia, avec une fanfare mononote, ztototo…). Qu’importe s’il ne s’agit que d’un million ou deux millions, alors que nous sommes un peu plus, ce n’est pas grave. Qu’importe également si on nous annonçait une campagne de vaccination express, réalisée en quelques semaines alors qu’elle devrait probablement durer plusieurs mois, tout ceci non plus n’est pas très grave. L’essentiel est que l’honneur est sauf : le vaccin est arrivé, hamdoullah. C’est l’occasion de rappeler que chez nous, tout est possible, même un miracle. Même Zakaria Boualem avait oublié ce point important de notre…

article suivant

Le PPS dépose une proposition de loi pour mettre fin au mariage des mineures