Covid-19 : la campagne de vaccination, étape par étape

Distribution, inscription, injection, suivi… On fait le point sur les principales étapes de la campagne de vaccination anti-Covid, qui doit démarrer cette semaine au Maroc pour les populations prioritaires.

Par

La campagne de vaccination devrait durer au moins trois mois. Crédit: AFP

Ce n’est plus qu’une question de jours. Après des semaines d’attente, la campagne de vaccination anti-Covid doit débuter dans les jours qui viennent. Les deux vaccins pour lesquels le Maroc a conclu des accords commerciaux, développés par les laboratoires britannico-suédois AstraZeneca et chinois Sinopharm, ont enfin obtenu le feu vert d’utilisation d’urgence par le ministère de la Santé.

Un premier lot de deux millions de doses du vaccin AstraZeneca, expédiées depuis l’Inde où elles sont fabriquées, est arrivé vendredi 22 janvier à Casablanca. Un second lot de 500.000 doses du vaccin Sinopharm est attendu mercredi 27 janvier.

Pour l’heure, la date du lancement officiel de la campagne n’a pas encore été décidée. Mais il pourrait avoir lieu après réception des doses du vaccin chinois, selon nos sources. En attendant, voici comment va se dérouler la campagne de vaccination, et la logistique mise en place pour l’assurer.

Distribution dans les régions

Cette étape a déjà commencé. Après la réception du vaccin AstraZeneca à Casablanca le 22 janvier, les premiers camions frigorifiques transportant les doses ont quitté, lundi 25 janvier dans la matinée, la Régie autonome des frigorifiques de Casablanca (RAFC). Celle-ci dispose d’une capacité de stockage de 25 millions de doses, selon les indications données par le chef du gouvernement Saâd-Eddine El Othmani la semaine dernière lors de son passage au Parlement.

Les premiers camions transportant les vaccins ont quitté ce 25 janvier la régie autonome des frigorifiques (RAFC), Casablanca.Crédit: DR

Les doses doivent être envoyées, en fonction des besoins, dans toutes les régions du royaume, où plus de 3000 centres de vaccination, rattachés aux établissements de soins de santé primaires et locaux de quartier (écoles, stades, centres de loisirs…), et 7000 points mobiles de vaccination seront mobilisés.

à lire aussi

La température des vaccins, qui peuvent être conservés entre 2°C et 8°C, est surveillée de près à l’aide de détecteurs de température, et leur transport à bord de véhicules frigorifiques est suivi directement via GPS. “Nous voulons une approche régionalisée. Il faut que le vaccin soit proche de la population, dans des chambres froides dédiées. Les quantités seront distribuées en fonction de la densité de la population dans chaque région”, assurait le mois dernier à TelQuel le président du comité technique de vaccination, Moulay Tahar Alaoui. Le gouvernement a ainsi acquis des milliers d’armoires frigorifiques, réfrigérateurs, congélateurs, caisses isothermes et autres appareils de conservation et de mesure de température.

Ciblage des populations

Une fois les doses reçues, les populations prioritaires seront ciblées grâce au maillage territorial du ministère de l’Intérieur. Il s’agit d’abord des professionnels de santé de plus de 40 ans, des autorités publiques, des forces armées royales et du personnel de l’éducation nationale de plus de 45 ans. Les personnes âgées de plus de 75 ans sont également concernées.

“Chaque région, province et commune va cibler les gens avec l’aide des moqqadems et en s’appuyant sur les listes électorales”

Moulay Tahar Alaoui, président du comité technique de vaccination

“Chaque région, province et commune va cibler les gens avec l’aide des moqqadems et en s’appuyant sur les listes électorales. Des équipes spécialisées et associations de bénévoles appelleront les gens à se faire vacciner”, confiait le président du comité technique de vaccination.

Les personnes appartenant à ces catégories peuvent d’ores et déjà prendre rendez-vous ou vérifier leur inscription via l’envoi d’un SMS gratuit au 1717, ou sur le site internet dédié à l’enregistrement des demandes de vaccination (liqahcorona.ma), entré en service le 24 janvier. Le SMS doit comporter le numéro de la CIN ou de la carte de séjour pour les étrangers, et la réponse au SMS sera la date et le lieu de vaccination.

Un numéro vert a également été lancé pour informer le grand public sur cette campagne de vaccination : 0800 000 147. Il sera accessible du lundi au samedi, de 8 h à 18 h.

Plus de 25.000 personnes mobilisées

Au niveau des ressources humaines mises à disposition pour cette campagne, 25.631 membres du personnel médical seront mobilisés, dont 11.000 en milieu urbain, avec d’éventuels médecins du secteur privé. Dans le détail, il s’agit de 4053 médecins, 10.468 infirmiers, 3983 cadres administratifs dans le secteur de la santé et 7127 autres cadres. Étudiants en médecine, lauréats d’écoles d’infirmiers, personnel du Croissant-Rouge et organisations scoutes pourront également prêter main forte.

Au total, le Maroc espère parvenir à vacciner 25 millions de personnes.Crédit: AFP

En tout, plus de 6300 équipes vaccinales, composées d’au moins deux personnes (un vaccinateur et une personne chargée de l’inscription des patients) seront déployées, chacune ayant un objectif de 150 à 200 actes vaccinaux par jour. Le nombre de vaccinations journalières dépendra bien entendu des zones couvertes (milieu urbain ou rural).

Suivi des effets secondaires

La campagne devrait durer au moins trois mois pour espérer vacciner 25 millions de personnes, mais cela dépendra de l’arrivée des doses de vaccin sur le territoire. La difficulté réside dans le fait que chaque personne vaccinée devra se déplacer deux fois au centre de vaccination, pour la première et la deuxième injection, avec un intervalle de 21 jours pour le vaccin Sinopharm et de 28 jours pour le vaccin AstraZeneca.

Après l’injection de la deuxième dose, “il y aura un suivi des gens vaccinés, c’est ce qu’on appelle la pharmacovigilance”, explique Moulay Tahar Alaoui. Cette phase de suivi devrait durer une année. Malgré les résultats positifs des essais cliniques et l’absence d’effets indésirables graves, des effets secondaires peuvent apparaître, notamment sur les personnes vulnérables, les tests ayant été menés uniquement sur des personnes saines. Une application informatique, Yakadaliqah, est ainsi mise à la disposition des citoyens pour notifier les effets indésirables du vaccin.

Infos pratiques

• Prise de rendez-vous par SMS gratuit au 1717 avec numéro de CIN ou de carte de séjour, ou sur le site internet liqahcorona.ma

• Numéro vert pour toute information : 0800 000 147 (du lundi au samedi, de 8 h à 18 h)

• Suivi des effets secondaires : application Yakadaliqah

article suivant

Pass sanitaire, test PCR, certificat médical... les recommandations du CNDH pour remplacer le pass vaccinal