Fathallah Oualalou : “La Chine a su capitaliser sur la crise”

Alors que l’heure est à la relance post-Covid, quelles sont les réflexions 
qui agitent un monde de plus en plus interdépendant ? C’est la question que s’est posée Fathallah Oualalou dans ses Chroniques de confinement, recueil 
à paraître dans lequel l’ancien ministre des Finances livre sa pensée sur 
la mondialisation post-Covid, qu’il partage avec TelQuel.

Par

Fathallah Oualalou s’apprête à publier ses Chroniques de confinement, dans lesquelles il analyse l’impact du Covid sur la mondialisation. Crédit: TNIOUNI/TELQUEL

Nombreux sont ceux qui ont le souvenir d’un Fathallah Oualalou débordant de passion, martelant ses propos avec véhémence au parlement en tant que chef du groupe parlementaire de l’USFP, alors dans l’opposition, au cœur des années 1990. Près de trente ans plus tard, les choses ont bien changé. Fathallah Oualalou s’est frotté à l’exercice du pouvoir en tant que ministre des Finances, dans un premier temps, avant de devenir maire de Rabat. Dans la capitale, en ce début janvier, c’est un homme beaucoup plus posé et dont la réflexion concerne des thématiques mondiales qui nous accueille. Au moment de nous recevoir, celui qui est désormais Senior Fellow au Policy Center for the South (PCNS, ex-OCP Policy Center) revient à ses réflexes de maire et s’enquiert…

article suivant

Pass vaccinal obligatoire : pourquoi la communauté scientifique est divisée