Ambassade américaine au Maroc : après le départ de Fischer, David Greene devient chargé d’affaires

Le diplomate David Greene a été nommé au poste de chargé d’affaires à l’ambassade américaine après la fin de la mission diplomatique de David Fischer. 

Par

DR

Le changement d’administration à Washington a des répercussions jusqu’à Rabat. Suite au départ de David Fischer après la fin de ses fonctions d’ambassadeur des États-Unis au Maroc, c’est le diplomate David Greene qui prend la tête de l’ambassade américaine en tant que chargé d’affaires.

Je suis ravi de continuer à travailler en étroite collaboration avec le gouvernement du Royaume du Maroc, sous la direction du roi Mohammed VI, alors que nous nous appuyons sur les récents développements historiques pour rendre le partenariat stratégique américano-marocain encore plus fort”, a-t-il déclaré dans un tweet publié par l’ambassade américaine à Rabat.

Arrivé au Maroc en août 2019 pour sa deuxième affectation dans la capitale du royaume, David Greene a servi à l’ambassade, en tant que conseiller politique, de 2011 à 2015. Dans l’une de ses sorties publiques, à l’ouverture de la conférence maroco-américaine organisée sous le thème “Réforme pédagogique nationale de l’enseignement supérieur : préparation de la mise en œuvre du Bachelor”, il a loué les efforts consentis par le Maroc pour améliorer la qualité et l’efficacité de son système d’enseignement supérieur.

Durant ses 23 ans de carrière au département d’État, il a servi à l’étranger en tant que conseiller politique adjoint à Islamabad au Pakistan, conseiller politique à Rabat, ainsi que dans des missions à Amman, Hô Chi Minh et au Caire. À Washington, il a occupé les postes de directeur de la Division des affaires multilatérales au sein du Bureau des affaires de l’Asie de l’Est et du Pacifique, directeur adjoint du Bureau des affaires israéliennes et palestiniennes, et interlocuteur pour les questions du Moyen-Orient au sein du Bureau des affaires législatives du département d’État.

article suivant

Cryptomonnaie : pourquoi le Bitcoin est encore loin d’être écolo