Vous voulez avoir l’air classe, au Maroc ?

Par Réda Allali

Il faut commencer cette page guillerette par un hommage à un de nos plus brillants cerveaux nationaux. Un docteur de la foi très reconnu, couvert de titres, qui a estimé judicieux de se fendre d’un tweet pour nous expliquer que la yajouzou est la célébration du Nouvel An amazigh. Cette position audacieuse a interpellé Zakaria Boualem, toujours très surpris de découvrir la nature des choix de sujets sur lesquels ces savants exercent leur science. Il nous a donc expliqué que ce Nouvel An, résidu infâme de la jahiliya, devait être sans plus attendre oublié, effacé de nos mémoires, comme tout ce qui a précédé l’islam. Le Guercifi a fait quelques recherches, et il a découvert que le calendrier amazigh, qu’on appelle aussi le “calendrier agricole”, a toujours existé chez nous pour une raison très simple : il est solaire, donc il permet d’organiser la saison des paysans. Les Marocains ont donc toujours géré deux calendriers : le lunaire pour les fêtes religieuses et l’agricole pour faire pousser de quoi nourrir tout ce beau monde. Autrement dit, nous sommes dans un cas classique de…

article suivant

La proposition de loi du collectif Parité Maintenant pour l’application effective de la parité déposée au Parlement