Au Québec, le racisme “systémique” en débat

Au Québec, la question du racisme systémique n’est pas nouvelle. Les populations racisées et autochtones continuent d’être discriminées. Depuis la mort de George Floyd aux États-Unis, le gouvernement est pressé d’agir. Pour l’instant, un plan d’action est en cours, mais la réaction en demi-teinte du gouvernement laisse sceptique.

Par

Les rapports se sont succédé ces dernières années, dénonçant successivement les discriminations à l’égard des Premières nations, des Inuits et des personnes racisées, les actes haineux, le profilage racial, ou encore les discriminations dans les services publics ou la ville de Montréal.

C’est jouer sur les mots pour rien”, déclare l’acteur et présentateur Patrick Huard à Ian Lafrenière, ministre responsable des Affaires autochtones. C’était le 17 mars dernier lors d’une émission de télévision : le présentateur y dénonce le refus du gouvernement québécois de parler de racisme systémique. La société civile défend que “reconnaître le terme serait un pas”.

Le Canada et l’Ontario utilisent le terme. “Nos systèmes traitent les Canadiens d’origines diverses différemment qu’ils ne le font avec les autres”, avait déclaré le Premier ministre Justin Trudeau en juin 2020 après l’assassinat de George Floyd. Pourtant, le Québec maintient que cela ne s’applique pas à la province : “Les Québécois ne sont pas racistes”, mais un problème de racisme existe.

Un rapport de plus

C’est l’enjeu du moment au Québec. La question fait débat…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés