Orphelins de la télévision

Par Yassine Majdi

Ils nous ont quittés. Un peu trop vite, un peu trop tôt. Et nous ont laissés orphelins. Après 73 printemps passés sur cette terre, l’heure du générique final est arrivée pour Nour-Eddine Saïl et son inspiration. L’auteur de ces lignes n’a jamais eu ni la chance ni l’occasion de croiser la route de celui que certains décrivent comme un génie. Mais comme bon nombre de Marocains, il a également été touché par le travail de celui qui a, entre autres accomplissements, présidé aux destinées de 2M trois années durant. A l’actif de Nour-Eddine Saïl, une révolution du paysage audiovisuel marocain. La manière dont chacun d’entre nous consommait l’information ou l’entertainment. Après tout, c’est sous l’ère Saïl que l’on doit l’apparition des championnats de football et de la sacrosainte Champions League sur nos écrans, alors cathodiques. C’est également au défunt que l’on doit les premières émissions où l’investigation journalistique a été mise en valeur, comme “Grand Angle”.

“Aujourd’hui, nos chaînes télé semblent davantage être des boulets que nos impôts financent”

Yassine Majdi
Difficile d’oublier également les soirées consacrées au cinéma lors…

article suivant

Maroc-Israël, binatna