Les Émirats arabes unis annoncent une efficacité à 86% pour le vaccin de Sinopharm

Le ministère de la Santé des Émirats arabes unis a fait part d'une “analyse intermédiaire” des essais cliniques de phase III révélant une efficacité à 86% contre l'infection au Covid-19.

Par

AFP

Premiers éléments de réponse sur le vaccin développé par le géant pharmaceutique chinois, Sinopharm CNBG. Ce 9 décembre, le ministère de la Santé et de la prévention des Émirats arabes unis a indiqué, dans un communiqué, que “le vaccin était efficace à 86%”. Un résultat qui concerne uniquement les essais cliniques en phase III menés sur le sol émirati depuis septembre, ayant concerné quelque 32 000 volontaires âgés de 18 à 60 ans .

L’analyse montre également “un taux de séroconversion de 99% des anticorps neutralisants et une efficacité de 100% dans la prévention des cas modérés et sévères de la maladie”, indique la communication, précisant que “l’analyse ne montre aucun problème de sécurité sérieux”.

Signe de confiance ?

Il s’agit là des premières indications rendues publiques sur le vaccin développé par Sinopharm. Des résultats parcellaires, se basant sur une analyse “intermédiaire des essais cliniques”, mentionne le ministère. “L’annonce témoigne d’un signe de confiance important des autorités sanitaires des Emirats arabes unis dans la sécurité et l’efficacité de ce vaccin”, indique la communication.

Les Émirats avaient signé des accords en juillet pour démarrer la mise en place des essais en phase III du vaccin développé par Sinopharm CNBG. En septembre, le pays du Golfe donnait son aval pour une “utilisation d’urgence du vaccin” sur les catégories de personnes en premières lignes du front Covid. Le ministre de la Santé émirati est même allé jusqu’à se faire immédiatement vacciner pour attester de la non-dangerosité du vaccin.

Pour l’heure, les Émirats n’ont pas annoncé de lancement d’un programme de vaccination de masse. De son côté, le laboratoire pharmaceutique chinois n’a toujours pas dévoilé davantage de données détaillées sur ces essais cliniques ayant concerné quelque 50 000 personnes dans différents pays, dont le Maroc et ses 600 volontaires, principalement issus du corps sécuritaire.

à lire aussi

Ces derniers jours, elle a entrepris de soumettre son vaccin à homologation auprès de la Food and Drug Administration de Chine, une étape cruciale pour la mise sur le marché de ses doses et à laquelle le Maroc se rattache également pour le lancement de sa propre campagne.

Ces dernières semaines, les principaux concurrents à Sinopharm ont été nombreux à communiquer les résultats – certes parcellaires – d’efficacité de son vaccin, à l’instar de Pfizer et son injection “efficace à 95%”, Moderna et ses 94,5% ou encore AstraZeneca qui annonçait “une efficacité à 70%”, malgré des erreurs qui ont entaché l’étude.

article suivant

L'Algérie décide de fermer son espace aérien aux avions marocains