Exclusif : les zones d’ombre de la course au vaccin

Le Maroc s’est indirectement taillé une place dans la course au vaccin, aux côtés du laboratoire chinois Sinopharm CNBG.
 Une expérimentation effectuée
 à marche forcée. TelQuel a pu avoir accès en exclusivité au protocole suivi pour la première phase d’essai, qui s’est achevée le 22 septembre.

Par et

telquel

Elles sont loin d’être discrètes, garées en rang d’oignons dans une rue adjacente au CHU Ibn Rochd (CHUIR) de Casablanca. À la fois passe-partout et bien identifiables, des voiturettes d’un bleu foncé attendent près du principal bastion de la lutte anti-Covid-19 de la capitale économique. Elles servent au transport des forces armées, réquisitionnées au pied levé pour prendre part aux essais cliniques du vaccin chinois que mène le Maroc.

“Au début, nous avions prévu une large participation des citoyens, mais aussi du corps soignant, finalement, on a appris que ces essais ne concernent que les corps de l’armée”

Source au CHUIR
Les autorités sanitaires ont installé des chapiteaux pour y effectuer ces essais, souffle une source du CHUIR. Au début, nous avions prévu une large participation des citoyens, mais aussi du corps soignant, finalement,…

article suivant

Republication des caricatures du prophète : petit nœud ou véritable tension entre le Maroc et la France ?