AD10S, Maradona

Par Yassine Majdi

Deux actions réalisées dans un même match permettent de résumer Diego Maradona. Côté pile, ce premier but inscrit de la main. Grâce à ce ballon mal dégagé par la défense anglaise, Diego entre dans la légende et inscrit un but qui restera gravé dans les mémoires. Une réalisation pleine de hargne, symbole de vengeance après une défaite cuisante face à la Royal Navy de Margaret Thatcher (et de Sa Majesté la Reine) quatre ans plus tôt. Le Diez se rapprochera de Dios (Dieu) en lui attribuant (partiellement) l’ouverture du score lors de ce mémorable quart de finale de Coupe du Monde. Une mauvaise foi qui peut faire rire et qui résume à elle seule les nombreuses scories de l’homme. Après tout, qui peut oublier son amitié (un peu trop?) publique avec le clan Giuliano de la Camorra de Naples ou encore sa proximité avec des personnalités comme Fidel Castro ou Hugo Chavez? Diego c’était aussi une attirance un peu trop forte pour l’argent. En témoignent ces passages fréquents dans les pays du Golfe pour récolter les chèques gracieux offerts par…

article suivant

Pour Abdellatif Jouahri, la vérité, ça fait mal mais du bien aussi