Dima Punk : Stof, héraut malgré lui

Tourné sur quatre ans, le documentaire Dima Punk (Grand prix 2020 du Mediterraneo vidéo festival d’Italie) de Dominique Caubet retrace heurs et malheurs d’un jeune punk casablancais assoiffé de liberté, à la recherche d’une culture qui le définit. Il est diffusé sur 2M dimanche 22 novembre à 21 h 40 dans la case “Des histoires et des hommes”. Nous l’avons regardé.

Par

Stof, Dima Punk
Pour Stof, le festival L’Boulevard est une bouffée d'air frais, où il croise une fois l’an ses “semblables”. Crédit: DR

Nous sommes à des décennies-lumière de la première frappe punk anglo-américaine. Nous sommes à des lustres des Johnny Rotten ou Sid Vicious, des Ramones ou des Damned, des MC5 ou des Clash… Ici, il est question de Betweenatna, ZWM, Tachamarod, LooNope, Blast, Orland… Ce revival à la marocaine s’attache certes aux revendications et à l’idéologie des années 1970, mais en se servant de bouts de ficelles. Un mouvement contestataire prenant vie dans les quartiers populaires comme ce fut le cas aux états-Unis, au Royaume-Uni, dans d’autres pays d’Europe. Une “continuité” de l’esprit hippie mais avec des outils contondants : un rock saccadé à souhait, une mode revendiquant la beauté du laid (habits déchiquetés, clous et épingles à nourrisson pour bijoux), un…

article suivant

Éthiopie : l’armée lance son offensive sur la capitale du Tigré