L’âge d’or marocain du grotesque

Par Yassine Majdi

Après quatre années de folie, les États-Unis devraient enfin reprendre conscience. Les élections du 3 novembre ont été suivies avec intensité et à travers le monde, et notamment au Maroc où nos chaînes publiques et certains groupes WhatsApp ont été animés par des débats sur les candidats à la présidentielle américaine. Des discussions certes éloignées de nos vies quotidiennes, mais qui renseignent sur la place du pays de l’Oncle Sam en tant que baromètre de tendances mondiales. Pourtant, ce n’est pas l’exercice démocratique qui devrait tant nous intéresser de notre côté de l’Atlantique, mais davantage la situation sociétale aux états-Unis. Car Donald Trump est arrivé au pouvoir en profitant des fortes divisions qui minaient son pays. Un pays où la culture du “moi” est déjà très présente, mais qui a été poussée à son paroxysme à la fin de la présidence Obama. Une culture qui a davantage renforcé les oppositions, créant deux camps: celui des libéraux et celui des nationalistes, sous l’effet d’un parti républicain dont l’idéologie penche de plus en plus à droite. Dans ce contexte, Internet, qui devait…

article suivant

Hôpitaux Vs TGV